Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

4 articles avec sante - bien-etre

Malaise vagal ?

Publié le par à batons rompus

MALAISE VAGAL

Signe d'une chute de tension, le malaise vagal provoque une faiblesse musculaire, une apparition d'acouphènes et de sueurs, allant jusqu'à la perte de connaissance.

Si la sensation est impressionnante, le malaise vagal est généralement bénin. Mais que faire lorsque cela nous arrive ? Le docteur Valérie Pecqueur-Hobeika, médecin généraliste nous explique.

Effort physique intense, émotion forte, grande fatigue, chaleur étouffante... Les facteurs qui provoquent un malaise vagal sont nombreux. Caractérisé par une perte de connaissance de quelques secondesce malaise bénin résulte d'une baisse soudaine de la tension artérielle.

Le nerf vague, d'où le terme « vagal », est chargé de ralentir l'activité cardiaque lorsque celle-ci s'accélère. Au ralenti, le cœur amène moins de sang aux artères et le cerveau est alors moins oxygéné, ce qui entraîne une perte de connaissance.

Le malaise vagal se fait sentir avant de se produire : on ressent tout à coup des bouffées de chaleur, des acouphènes, des sueurs, une faiblesse dans les jambes... Et grâce à ces premiers symptômes, il est possible d'adopter quelques gestes afin de ne pas tomber dans les pommes.

S'allonger dès les premiers signes

Le malaise vagal a la particularité d'avoir des signes avant-coureurs qui permettent de l'anticiper. « La perte de connaissance se fait généralement en douceur, plutôt que brutalement comme d'autres malaises ».

S'allonger ou s’asseoir est le premier réflexe à avoir lorsque l'on ressent les premiers signes du malaise vagal, comme lorsque l'on ressent une faiblesse dans les jambes ou que nos mâchoires se serrent. Dans une pièce confinée, ouvrez les fenêtres, et si le malaise intervient dans un lieu public bondé, sortez de la foule.

Surélever ses jambes

« Pendant cinq à dix minutes mettez un coussin sous votre tête et surélevez vos jambes contre une chaise ou un mur ». Un geste qui permet de faire remonter le sang vers le cœur et d'oxygéner le cerveau. Relevez-vous uniquement lorsque le malaise est totalement passé, au risque d'en faire un nouveau.

Prendre le temps de récupérer et se relaxer

Beaucoup de malaises sont dus à une mauvaise gestion des tensions nerveuses. Inspirer et expirer profondément permet de réguler la respiration. Si le malaise vagal résulte d'un état anxieux et stressé, la méditation peut être un bon moyen d'évacuer les mauvaises tensions.

Respirer un peu d'huile essentielle de menthe poivrée peut aider à réguler la respiration et stimuler la personne affaiblie. Cependant, si le malaise dure plus de dix minutesil faut prévenir les secours.

Les malaises vagaux peuvent cependant être causés par des facteurs qui ne sont pas sans gravité s'ils sont répétés. Si un malaise intervient plus de deux fois par mois, le docteur Valérie Pecqueur-Hobeika conseille de consulter son médecin traitant afin de passer des examens. En effet, le malaise vagal peut être causé par des troubles neurobiologiques ou cardio-vasculaires.

Publié par Pauline Laforgue, journaliste et validé par Dr Valérie Pecqueur-Hobeika, médecin généraliste le Lundi 05 Février 2018 : 15h57

 

Publié dans Santé - Bien-être

Partager cet article

Repost0

Thalasso à Pornic

Publié le par à batons rompus

Publié dans Santé - Bien-être

Partager cet article

Repost0

10 aliments incontournables pour mieux lutter contre le froid.

Publié le

 

 

 

 1- Agrumes


Riches en vitamine C, les agrumes (orange, citron, pamplemousse, clémentine...) sont de puissants anti-infectieux. Ils ont pour effet de renforcer notre système immunitaire, et ainsi éloigner les rhumes et autres petits maux de l'hiver. Qu'il soit consommé en milk-shake, en jus ou encore entier, vous pouvez en consommer à volonté !


 2- Gingembre


Cet excellent remède anti-froid est un compagnon idéal pour passer l'hiver. Il améliore notamment la circulation sanguine. Infusé, râpé sur une salade ou tout simplement cru, vous pouvez le consommer au quotidien.


 3- Chocolat noir


Hormis le fait que le chocolat noir (70% de cacao de préférence) s'avère être un excellent remède contre la baisse de moral, le cacao est aussi particulièrement riche en magnésium. Idéal pour retrouver du tonus, même au cœur de l'hiver !


 4- Avocat


La période hivernale est généralement rude pour notre peau : irritations, tiraillements, gerçures... L'avocat, riche en lipides mono-insaturés, en vitamines B et E, en oligo-éléments et minéraux, permet de nourrir de l'intérieur votre épiderme et de lutter efficacement contre la déperdition énergétique.


 5- Ail


L’ail est un puissant antibiotique naturel qui permet de lutter de façon plus efficace contre les risques d’infections, à  consommer sans modération.


 6- Fruits secs


Les abricots secs, bananes et figues séchées, pruneaux, raisins secs et autres noix, amandes et noisettes font parties des aliments à favoriser dans notre alimentation au cours de la période hivernale. Ils sont riches en acides gras essentiels mais aussi en minéraux tels que le magnésium, le fer, le cuivre, le sélénium, le manganèse ou le zinc.


 7- Soupe de légumes


Idéale pour se réchauffer après une sortie dans le froid, le potage est le plat incontournable de l’hiver pour faire le plein de fibres, vitamines et minéraux. Privilégiez les légumes de saison et variez leur composition : carottes, pommes de terre, choux fleur, navets, courgettes, champignons et potirons...
 
8- Miel


Idéal pour lutter contre la fatigue hivernale, le miel regorge de bienfaits : potassium, magnésium et fer, mais aussi des protéines et des vitamines A, B, C et E.


 9- Pâtes, riz complet, céréales et lentilles


Les sucres lents sont alliés de choix au cours de la période hivernale. En effet, votre corps a besoin de calories pour se réchauffer.


 10- Thé vert


C’est un puissant antiviral que l'on peut boire de manière préventive ou curative en cas de coup de froid. Qui plus est, le thé vert a d'importantes vertus anti-oxydantes.
 

 

 

 

 

 

 

Source : France soir

Publié dans Santé - Bien-être

Partager cet article

Repost0

La Cohérence Cardiaque

Publié le

La cohérence cardiaque

 Qu’est-ce que la cohérence cardiaque ?

Notre cœur est en étroite communication via le système neuro-sympathique avec le cerveau limbique ou cerveau émotionnel. Ce système nerveux autonome est constitué de deux branches :

1 - Le système nerveux sympathique joue le rôle d’accélérateur cardiaque, il augmente les battements du cœur, le taux d’adrénaline dans le sang, dilate les voies pulmonaires, stimule la production de glucose et sa libération, contracte les vaisseaux sanguins de la peau. Son rôle est de mettre l’organisme en état d’alerte et de le préparer à l’activité.

2 - Le système nerveux parasympathique joue le rôle de frein cardiaque et favorise la récupération. Son rôle est de ralentir les fonctions de l’organisme et ainsi de conserver l’énergie.

La facilité avec laquelle on peut passer d’un état d’excitation à un état de calme est liée à la capacité du système nerveux autonome de faire varier rapidement la fréquence cardiaque.

Grosso modo le sympathique prépare notre organisme à l’action tandis que le parasympathique facilite la récupération de celui-ci.

Sous l’action des 2 branches du système nerveux autonome qui agissent de façon antagoniste, le cœur subit des accélérations et décélérations permanentes. Chez un adulte, la fréquence cardiaque se situe en général autour de 70 battements par minute (moyenne).

electro

Tracé du rythme cardiaque

(électrocardiogramme).

En état de difficultés psychologiques, périodes de stress, de fatigue, la variabilité cardiaque diminue, la courbe présente de petites variations désordonnées, chaotiques et imprévisibles.

Imaginez une voiture ayant seulement un accélérateur et un frein. Sur un trajet avec un trafic normal comportant des obstacles courants, le conducteur utilisera l’accélérateur et le frein avec dextérité pour avoir une conduite souple. A contrario si le conducteur utilise l’accélérateur et le frein de façon désordonnée, la voiture consommera plus, s’usera  prématurément et le conducteur n’appréciera pas cette conduite incohérente.

Impact des émotions sur le fonctionnement du cœur.

 Sous l'influence des hormones libérées par l'organisme en réponse à l'hyper sollicitation du milieu, les réactions normales de l'organisme vont être perturbées.

 Selon l'âge, l'hérédité et l'histoire personnelle ou familiale du sujet on pourra remarquer, outre la fatigue, l'irritabilité, la nervosité les manifestations suivantes :

 1 - Attribués à l'excès d'adrénaline :

Les troubles cardio- et cérébro-vasculaires (infarctus du myocarde, hypertension, hémorragie ou embolie cérébrale),

 Les migraines,

 Les troubles digestifs (diarrhées),

 Les insomnies,

 Les troubles sexuels,

2 - Attribués à l'excès de cortisol :

 Les troubles cutanés (prurit, eczéma, psoriasis, dermite séborrhéique)

 L'hypertension

 Les troubles digestifs (constipation, spasmes, colites, ulcère)

 Les troubles endocriniens (diabète, troubles thyroïdiens)

 La dépression

 Les troubles de la mémoire

 Les troubles musculo squelettiques (périarthrites, cervicalgies, dorsalgies, lombalgies)

 Le vieillissement accéléré

 Les maladies infectieuses, les cancers...

Au contraire, dans les moments de bien-être, de contrôle des émotions, la variabilité cardiaque  est plus forte mais aussi plus harmonieuse et cohérente. L’alternance des accélérations et des décélérations cardiaques devient régulière (c’est le cas durant le sommeil).

Cohérence bien etre

Impact du bien être sur le fonctionnement du cœur.

Cette variabilité est très saine puisqu’elle est le signe du bon fonctionnement du frein et de l’accélérateur, et donc de toute notre physiologie.

C’est l’état de cohérence cardiaque.

Les effets bénéfiques de la cohérence cardiaque

Le cœur avec ses battements constituent l’oscillateur le plus puissant de l’organisme et le champ magnétique généré par l’activité électrique du cœur est le plus puissant de ceux produits dans l’organisme, ce qui fait de cet élément un organe central chez l’être humain. Les nombreux oscillateurs biologiques de l’organisme vont se synchroniser sur cet oscillateur majeur qu’est le cœur et le champ magnétique du cœur va influencer toutes les molécules constitutives de l’organisme ainsi que les réactions chimiques dans lesquelles celles-ci sont impliquées.

La cohérence cardiaque est un donc état d’harmonie entre le système nerveux sympathique (accélérateur) et le parasympathique (frein), obtenu lors de l’inspiration et l’expiration, en particulier par la respiration abdominale.

Se mettre en cohérence cardiaque par la respiration c’est accorder son organisme avec son cœur.

Au niveau physiologique, il est prouvé à ce jour que la pratique régulière de la cohérence cardiaque augmente l’efficacité du système immunitaire, augmente le taux de DHEA (hormone ralentissant le vieillissement) et contribue à une baisse importante du taux de cortisol jusqu'à 35%. Le cortisol représente l’hormone de stress par excellence. Elle est utile et consommée par les muscles pour agir avec vigueur en cas de situation de danger. Par contre, si elle est produite de manière régulière et excessive dans l’organisme lors de nos journées chargées de stress, elle génère un vieillissement prématuré de la peau, une accumulation de graisse autour des hanches et du ventre, provoque une augmentation de tension artérielle. Un excès de cortisol provoque d’autres effets sur les fonctions du cerveau comme la perte de mémoire et la difficulté de concentration, en détruisant des cellules de l’hippocampe  et en favorisant les infections et les risques cardio-vasculaires.

Bienfaits de l’état de cohérence :

Net accroissement de notre potentiel intellectuel

Pensées plus claires

Meilleur discernement

Prises de décisions plus évidentes et plus simples à prendre

Meilleur équilibre émotionnel, meilleure logique, plus d’organisation et de disponibilité

Il n’existe aucune contre-indication à la pratique de la cohérence cardiaque.

On peut améliorer sa propre cohérence cardiaque sans difficulté en faisant de simples exercices  de respiration. Elle est réglée par le diaphragme, un muscle situé à la base des poumons en liaison directe avec le système nerveux parasympathique, ses mouvements réflexes peuvent  être contrôlés et amenés à un rythme de 6 respirations par minutes.

 

 En adoptant cette fréquence de 6 respirations par minute, les rythmes de nos fonctions biologiques vitales s’équilibrent et permettent à notre corps de recouvrer un rythme calme proche du bien-être. En effet, des études ont démontrées que lors que l'on approche du rythme de 6 respirations par minute, la cohérence cardiaque s'installe tout naturellement.

En adoptant une fréquence 6 respirations par minute, les rythmes de nos fonctions biologiques vitales s’équilibrent et permettent à notre corps de recouvrer un rythme calme proche du bien-être. En effet, des études ont démontrées que lors que l'on approche du rythme de 6 respirations par minute, la cohérence cardiaque s'installe tout naturellement.

Idéalement pratiquée le matin au réveil et le soir au coucher, la cohérence cardiaque est à intégrer à votre quotidien et ce, en prévision  ou à la suite de moments de tension et d’émotion forte vécus dans la journée. Pour obtenir de bons résultats, il est recommandé de faire ces exercices de respiration (assis ou debout) pendant 5 minutes et cela 3 fois par jour.

 Pour vous aider lors de vos premières séances, voyez cette petite animation visuelle et audio qui vous indique le rythme respiratoire à suivre on inspire par le nez pendant la montée de la sphère puis on expire par le nez pendant la descente de la sphère : la respiration avec le HU.

 

Publié dans Santé - Bien-être

Partager cet article

Repost0